Bénévolat & Parcours pénal

Le droit au bénévolat pour tous !

France Bénévolat porte des actions et des valeurs qui peuvent se résumer en une phrase : le droit au bénévolat pour tous. Nous considérons en effet que le bénévolat est un bien commun :

  • accessible à tous, le bénévolat ouvert à celles et ceux qui en sont le plus éloignés(es)
  • participatif, le bénévolat pour donner à tous la chance d'être acteurs de la société et de leur projet associatif
  • solidaire, le bénévolat comme levier d'inclusion sociale

Bénévolat et Parcours pénal porte à la fois sur le bénévolat envers les personnes sous main de justice, mais aussi le bénévolat initié par les personnes sous main ou anciennement sous main de justice, tout cela dans des intentions d’inclusion sociale.

 

Une étude-action pour démarrer

France Bénévolat a entamé une étude en commençant par une enquête nationale auprès des bénévoles (phase1) des nombreuses associations intervenant auprès de cette population et de leurs familles. Les questionnaires de la phase 2 seront diffusés, au cours du 1er semestre 2018, auprès des Services Pénitentiaires d’Insertion et de Probation (SPIP), du personnel des Administrations Pénitentiaires (surveillants, chefs d’établissement) et des personnes détenues, dans les établissements approuvés par l’Administration Pénitentiaire dans trois régions : Grand Ouest, Ile de France et Auvergne-Rhône-Alpes. Des entretiens sont également prévus auprès des personnes détenues.

Cette étude-action, dans sa globalité, vise à :

  • mieux identifier le bénévolat (et les types de missions bénévoles) dans 3 principales situations : en milieu pénitentiaire, en milieu ouvert, pour les familles (qui sont également en situation d’exclusion).
  • identifier les associations dites spécialisées et/ou généralistes qui interviennent en milieu pénitentiaire
  • mener une série d’enquêtes auprès des associations, des bénévoles, des chefs d’établissements pénitentiaires, du personnel de surveillance, des familles, et bien sûr des personnes détenues elles-mêmes.
  • repérer des bonnes pratiques (exemples concrets anonymes) où des personnes détenues ou des sortants, par leur implication bénévole, ont vu des processus de réinsertion sociale et/ou professionnelle facilités.

 

COLLOQUE « Bénévolat et parcours pénal » - Mardi 5 décembre 2017 - Photos ©Denis Lecren

 

Les parties prenantes mobilisées

France Bénévolat a réuni des chercheurs et des grandes têtes de réseau déjà impliquées comme Farapej, Uframa et le collectif GNCP. Un Comité de Pilotage (COPIL) s’est mis en place début 2017. Il s’est d’abord attaché à délimiter le champ d’action de l’étude.

Le COPIL est composé de :

 

Dominique Brière (ECTI)

Guillaume Douet (IEDH)

Eliane Goudet (France Bénévolat National)

Maurice Guernalec  (AGIR abcd)

Christian Looten (France Bénévolat Roanne)

Adrien Maret (Maitre de Conférences à l’Université de St Quentin en Yvelines)

Odile Naudin (UFRAMA)

Geneviève Paul-Cavalier (UFRAMA)

Bernard Petitgas (Docteur en sociologie, CERReV, université de Caen-Normandie)

Jean-Claude Richard (FARAPEJ)

Léna Scharf-Rouault de Coligny (Lire Pour En Sortir)

Dominique Thierry (France Bénévolat National)

Partager

Déjà inscrit

Pas encore inscrit